Week-end science et voile

Le weekend du 8 Février nous sommes allés à Brest pour participer à un week-end science et voile avec l’association Astrolabe Expéditions.

Alexia qui écoute au casque les sons captés par l'hydrophone

Astrolabe Expéditions est une association qui a pour objectif de rendre accessible les expéditions scientifiques océaniques à la voile, visant à améliorer les connaissances et la préservation de l’environnement marin. En collaboration avec des institutions scientifiques et des espaces de recherche collaboratif, tous les citoyens peuvent s’impliquer dans le développement de programmes de recherche et participer aux expéditions en mer.

Le but de ce week-end pour Astrolabe c’est de continuer à développer leur projet Kétos, ayant pour objectif de collecter des données afin de faire avancer les connaissances sur les cétacés. Pour cela deux axes sont développés :

  • La photo-identification
  • L’acoustique passive.

Pour nous c’était l’occasion de tester notre hydrophone D.I.Y ( fait maison) en mer et de le comparer à du matériel professionnel.

Qu’est ce qu’un hydrophone ?
C’est un micro étanche qui va pouvoir capter les sons sous l’eau, ici dans le but d’enregistrer des cétacés.

C’est sous un beau soleil que samedi nous avons embarqué avec Cédric, Julie et 3 étudiants du CRI : Alexia, Myriam, et Yakov pour une sortie dans la Rade de Brest sur un Arpège (voilier de 9 mètres) . C’est avec grand plaisir que nous avons retrouvé le plaisir de naviguer après plusieurs mois dans les travaux.

Nous avons donc tester un hydrophone professionnel prêté à l’association par un bio-acousticien et notre petit hydrophone fait maison.

Hydrophone maison au premier plan et Myriam au casque en arrière plan

Bilan : Le son obtenu avec notre hydrophone maison est moins claire. On entend un bruit de fond constant qui rend moins précis le rendu global. Après traitement par le biais d’un logiciel de traitement audio, on arrive à atténuer ces bruits parasites. Maintenant à nous d’essayer d’améliorer ce prototype, mais pour une première conception et le coût très bas de sa fabrication, on n’est pas mécontent du résultat. Même si bien sûr ce n’est pas la qualité d’un matériel pro.

Bateau militaire entendu très clairement via l'hydrophone, pourtant on ne l'entend pas du tout à bord.
Voici le son du moteur du bateau militaire à 2MN de nous (3.6km) (à écouter au casque pour bien repérer le rythme du moteur parmi les bruits d'eau)

On rentre à la tombée de la nuit après avoir profité d’une belle navigation, avec un vent un peu forcissant en fin de journée qui nous obligera à réduire la voile.

Malgré une observation attentive, nous n’avons pas eu la chance de croiser de cétacés. Nous avons pu enregistrer divers sons de bateau, de chaînes de mouillage et autres.

Bruit de chaîne de la bouée auquel est accroché le bateau et on entend l'arrivée d'un petit bateau à moteur (à écouter au casque)

Le lendemain, la tempête est là ! De grosses rafales de vent, de la pluie, un vrai temps breton.
C’est donc bien au chaud à l’intérieur que l’équipe planche sur les différentes problématiques : Quelles bandes de fréquences est il intéressant d’enregistrer ? Via quel matériel autonome peut-on enregistrer les données ? Comment peut on réduire les sons parasites via des montages électroniques simples?

Charly étant technicien son, de nouvelles notions ont pu être abordées. Il a pu apporter son aide pour répondre aux questions les plus techniques sur le sujet.
Il vous partagera bientôt, dans un article plus technique sur le sujet, un tuto pour réaliser votre propre hydrophone.

C’est sur ces essais concluants que le week-end se termine.

N’hésitez pas à suivre les différents projets menés par Astrolabe Expéditions sur leur site internet.

http://www.astrolabe-expeditions.org/

Petit bonus :

Sur le retour de notre navigation, on a pu effectuer un prélèvement de plancton, on vous fait un rapide résumé en image.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *